La vraie morale est comme la foi : une histoire entre soi et soi

« La vraie morale est comme la foi : une histoire entre soi et soi »

« La morale ne se proclame pas, elle ne se vend pas non plus. Elle se vit au quotidien dans sa propre chair »

Franz-Olivier Giesbert


L’institution du mariage énonce des règles morales (« les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance »),

Le divorce, qui est la conséquence du mariage, devrait nécessairement trouver des solutions dans la morale intime des conjoints.

Il y a incontestablement une asymétrie juridique entre les termes du mariage et ceux du divorce.

Le divorce par consentement mutuel sans juge est plus en adéquation avec « l’engagement » citoyen auto responsable du mariage en Mairie.

« Notre droit tend à rendre l’effort de conciliation obligatoire » Voir déclaration de l’UNAPL (union nationale des professions libérales)

Les prof libérales (dont avocats) ont « un besoin fort d’efficacité et de souplesse en particulier quand il s’agit de résoudre leurs litiges »

Pourquoi ne participeraient-ils pas à la promulgation d’une loi de conciliation obligatoire pour les divorces ? 

La conciliation ou le consentement « mutuel » (mot que l’on retrouve dans les textes du mariage) doit satisfaire une entraide temporaire entre les divorcés

pour que chacun retrouve sa place dans la société. L’état doit aider les divorcés, comme tout autre citoyen (c’est constitutionnel).

Articles similaires

Laisser une réponse